Avoir un monument privé à proximité de monuments publics attirant de très nombreux visiteurs, n’est pas toujours facile. Nous ne pouvons pas faire de généralités, bien sûr, mais ce sont souvent eux qui reçoivent les aides financières et sont contactés pour des partenariats. Ils reçoivent la majorité des subventions financières et les institutions mécènes et publiques se concentrent sur ces lieux connus à défaut de soutenir les plus petits sites privés. Ces sites sont souvent entretenus par du personnel et ont des moyens financiers plus importants. Ces châteaux publics peuvent également se permettre de proposer une politique tarifaire plus agressive.

Concurrence entre monuments public et privés : objectifs et publics cibles

Les objectifs diffèrent également. Les monuments privés ont un souci de rentabilité. Les activités organisées doivent générer des profits afin de financer les travaux de restauration et de payer toutes les charges liées à son entretien. A l’inverse, les lieux appartenant à l’état ont pour finalité de rendre accessible la culture au plus grand nombre, d’accueillir tous types de publics et de leur faire découvrir les décors et l’histoire du lieu et de sa région. L’entrée est parfois gratuite (ou prix très bas) et de nombreux événements ne sont pas rentables dans ces lieux publics.

Ayant des contraintes et des moyens différents, ce n’est pas possible de rivaliser directement avec ces lieux. Mais peut-on réellement comparer ces lieux ? Est-ce que rivalité il doit y avoir ? N’est-ce pas un devoir, de la part de l’Etat, de proposer une offre culturelle pour tous les types de visiteurs (âges, revenus, cultures…) ?

Tout d’abord, nous ne parlons pas des mêmes lieux et le public cible n’est pas le même. Une demeure privée est, généralement, habitée par ses propriétaires. On y ressent en tout cas l’âme d’une famille et son histoire. C’est cette authenticité que les visiteurs viennent chercher. L’ambiance est chaleureuse (du moins, elle devrait l’être) et familiale, ce qui n’est pas le cas des châteaux publics.

Attraction de nombreuses personnes

De plus, les grands monuments attirent énormément de monde. Est-ce vraiment agréable de découvrir un château où il y a minimum 50 personnes dans chaque pièce et où l’on entend à peine le guide ? Les châteaux privés attirent, généralement, moins de monde et certains proposent même des visites privées sur rendez-vous. L’expérience de visite est donc totalement différente.

Les grands monuments représentent également une opportunité unique : ils attirent beaucoup de monde (dans la région). Toutes ces personnes n’iront pas chez vous et, malheureusement, la majorité des touristes se limite à 2 voire 3 activités culturelles durant leurs vacances. Cependant, c’est à vous de sortir votre épingle du jeu. Vos voisins attirent des milliers de personnes ? Super, ces personnes vont séjourner dans votre région. Allez les chercher. Ils sont déjà sur place, vous n’avez plus qu’à les attirer dans votre lieu. Soyez créatifs dans vos campagnes de communication, ayez un slogan fort, innovez en organisant des activités originales !

Pensez aux partenariats que vous pourriez mettre en place avec ces lieux publics ou avec des professionnels du tourisme offrant des prestations différentes (centres de loisirs, hébergements…).

 

 

Exemples concrets

A titre d’exemple, dans le magazine Castellissim 6, nous avions interviewé Monsieur Géraud de Laffon, propriétaire du château de Laffon, situé en Touraine. Cette région inclut de très nombreux châteaux privés et publics qui attirent des millions de visiteurs, chaque année.

A la question « Gizeux est situé dans le Val de Loire qui attire de nombreux visiteurs et propose une offre culturelle très riche. Est-ce un atout ? Comment vous différenciez-vous ? »

Voici sa réponse :

« C’est un atout. Le château de Gizeux est sur une route adjacente. Pour nous différencier, nous inversons la logique des choses. Les conseils de base appliqués ailleurs sont très bien. Toutefois, nous avons pris un choix risqué. Ce monument est d’abord notre maison, c’est chez nous. Nous voulons autant partager son histoire passée que notre histoire actuelle pour lui donner un avenir. Nous ne voulons pas le sanctuariser. Les visiteurs croisent des membres de notre famille, notre chien, un salon peut être fermé si nous invitons des amis, etc. Cet édifice ne se visite pas comme un musée. Nous racontons l’histoire en cours, nous partageons notre lieu de vie. »

Dans cet article de 8 pages, vous découvrirez la philosophie de Gizeux et de son propriétaire, et l’élément différenciant dont il parle ci-dessus. Nous vous conseillons de lire cet article, publié dans le magazine 6. Monsieur Géraud de Laffon nous parle, notamment, de l’histoire de son château, des réflexions menées pour mettre en place des activités économiques, du trésor de Gizeux, de la vie de famille tout en accueillant des clients… Vous pouvez acheter ce numéro ici et/ou vous abonner au magazine. Abonnement annuel : 29€ (magazine seul, 56€/2ans) ou 37€ (magazine + guide pour les gestionnaires de lieux, 70€/2ans), Taxes et frais de port (Europe) inclus.

Dans le magazine Castellissim 2, c’est une des propriétaires du château de Rivau, situé également en Touraine, qui aborde le sujet de la différenciation et de ce qu’ils mettent en place pour attirer des visiteurs.

Monuments publics et privés peuvent tout à fait cohabiter, proposer des offres combinées gagnantes et des partenariats intéressants pour tous.

Une envie? Une question? N'hésitez pas à nous contacter!

9 + 12 =

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez régulièrement des conseils dédiés pour les gestionnaires de lieux (tourisme ou non, hébergements touristiques, visites/activités, événements, vente de produits (agriculture, oenologie…), locations événementielles et séminaires…).