En 2020, les plus grands musées et monuments de France, et principalement parisiens, ont subi de très lourdes pertes financières pratiquement équivalentes à la part de visiteurs étrangers fréquentant habituellement ces sites. Par contre, ceux de province ont mieux tiré leur épingle du jeu. La pandémie provoquée par le Covid-19 et ses nombreux impacts sur la culture (fermeture des frontières, confinement, distanciation sociale…) a mis en avant certaines dépendances dont l’importance des visiteurs étrangers dans certains lieux.

Dans cet article-ci, nous abordons une première piste pour un attirer un public local et le fidéliser, l’encourager à revenir. D’autres articles, publiés sur ce site, mettront en avant d’autres enseignements tirés de la pandémie.

Musées : un des enseignements de la crise du Covid : la diversification des offres

Le Louvre, qui n’échappe pas à la règle des grands musées parisiens, a réussi à attirer un public français plus large que les années précédentes, comme indiqué par le journal Le Figaro. C’est la diversification des offres (pour les familles, jeunes…) qui a séduit ces visiteurs locaux. Le musée du Louvre-Lens, quant à lui, a limité les pertes de revenus grâce à des visiteurs de la région très en demande d’activités et de contact. Par exemple, il anime, avec succès, des ateliers pour les bébés de 9 à 24 mois.

Au fil des années, deux voies de circulation se sont créées au sein même des musées : les collections permanentes pour les primo-visiteurs (c’est-à-dire les touristes) et les expositions pour fidéliser une clientèle nationale. Toutefois, comme suggéré par Sophie Makariou (présidente du musée national des Arts asiatiques – Guimet), dans le magazine Le Point, avec la volonté de « démocratisation culturelle », l’objectif de rentabilité maximale a peut-être pris le pas sur l’émotion unique de la visite de chacun, du plaisir de voir et de comprendre. Trop d’expositions sont devenus des « appâts ».

Quelle diversification ?

Les offres diversifiées sont aujourd’hui perçues comme une solution pour sauver les musées. La diversification des offres est un moyen d’attirer un public plus large et local. Cependant, c’est toute la stratégie, la scénographie et le concept exposé qui doivent être revus. Par ailleurs, une diversification des offres n’implique pas nécessairement la multiplication d’expositions temporaire, ni le recours systématique à des technologies coûteuses.

Dans un autre article, nous vous donnerons des exemples concrets de musées qui se réinventent et dynamisent leur collection permanente, notamment au profit d’un public local. Détox, danse, parcours VIP font partie de ces idées.

Une envie? Une question? N'hésitez pas à nous contacter!

10 + 13 =

Abonnez-vous à notre newsletter !

Recevez régulièrement des conseils dédiés pour les gestionnaires de lieux (tourisme ou non, hébergements touristiques, visites/activités, événements, vente de produits (agriculture, oenologie…), locations événementielles et séminaires…).